Essaouira, « ville d’eau, ville d’art… »

… selon la formule bien connue ailleurs !

Ville d’eau : Essaouira est un ancien port militaire entouré de remparts à l’intérieur desquels se trouve la Médina ; la ballade sur les remparts offre des vues sur un océan violent et majestueux ; on visite les skalas, sorte de terrasses chargées de la défense de la ville et équipées de canons ; aujourd’hui , elles servent plus aux amoureux de l’océan qui viennent rêver en fin d’après-midi à de fabuleux lointains , inspirés par les couleurs du soleil couchant …

Ville d’art : à chaque coin de rue, on trouve des peintres, des sculpteurs, des potiers, qui présentent autre chose que des produits venus des lointains orientaux ! Pour voir ces œuvres, notamment picturales, un site utile : www.galeriedamgaard.com
Plus pour des raisons pratiques qu’artistiques, nous avons acheté un plat à Tajine qui permet à Martine de développer ses talents culinaires !!

 

Histoires de compteurs

Compter les clients : à Essaouira, le prix d’un taxi pour aller en centre ville, c’est 10 dirhams par personne ; ce que nous ne savions pas, c’est que 5 autres clients seraient dans le même taxi que nous 2,  dans une voiture prévus pour 5 chez nous, y compris le chauffeur ! Martine, assise à l’avant entre un client et le chauffeur, devait lever les jambes pour laisser ce dernier passer les vitesses ; on est arrivés sans encombre, à 100 à l’heure sur les boulevards !

Compter les kilomètres :  les compteurs kilométriques des taxis sont bloqués ; on ne peut réellement vérifier, ni  la vitesse, ni la distance ; mais on a constaté que l’un de nos taxis comptait 540 000 kms au compteur ! c’était une très vieille Mercédès !

Compter les sous : à Casablanca, nous voulons traverser la ville jusqu’à la mosquée Hassan 2 ; un taxi nous propose 50 drh ; nous refusons ; un autre nous dit : c’est mon compteur qui vous indiquera la somme à payer ; à l’arrivée, il nous a demandé 12 drh !

 

Remparts, médinas, et gastronomie

Les villes marocaines de la côte Atlantique, c’est toujours la même chose : on marche … beaucoup… toujours le long de remparts impressionnants, et on mange … beaucoup … et tellement pas cher … et tellement bon !

A Safi, nous avons mangé un poisson grillé … ou plutôt 2, car le cuisinier nous a fait déguster une daurade et une rascasse, le tout avec des légumes délicieux … mais pas d’alcool !

A Casablanca, dans la nouvelle médina, un couscous royal nous attendait, accompagné, pour moi, d’un jus de fleurs d’oranger avec amandes pilées ; un nectar !

medina Casa

remparts El Jadida

medina Essaouira